logo
导航菜单
Search
自定内容

Lorsque Catherine et Jean-Paul sont allés au cinéma avec leurs trois filles quadragénaires voir le film de Philippe de Chauveron, comme près de 10 millions de Français, sûr que cela a dû les amuser. «Nous avons beaucoup louboutin soldes ri en voyant le film», se souvient cette mère d'une famille pas comme les autres. «Il y a des scènes qui nous sont familières».

Et pour cause: leur fille aînée, Dorothée, a épousé Laurent, de confession juive. La cadette, Séverine, est en couple avec Djibril, un Sénégalais. La benjamine Caroline vit quant à elle avec Fouzi, d'origine marocaine. Il ne manque plus qu'un gendre chinois, et la fiction rejoindrait totalement la réalité. Mais il n'y a que trois filles dans cette famille grenobloise, et la comparaison semble s'arrêter là. D'autant plus que «contrairement aux parents du film joués par Clavier et Lauby, mes parents ne sont pas racistes», s'attache à rappeler Séverine au. «Au travail, on m'appelait United Colors of Benetton'» s'amuse Catherine.

Un brassage des cultures que la grenobloise impute aux habitudes baroudeuses de la famille. «On a beaucoup voyagé avec mon mari. Y compris avec nos filles, on les emmenait visiter le monde. On a même vécu en Côte d'Ivoire. Nous les avons éduquées acheter louboutin avec un esprit d'ouverture et de tolérance». Aussi, contrairement au film, la présentation des gendres aux parents s'est déroulée sans heurts. Ou presque: «Ça ne m'a pas fait bondir de joie non plus, on ne vit pas dans le monde des Bisounours!» explique Jean-Paul, le père. «On sait que la religion peut poser de sérieux problèmes. Alors, on a pris les choses comme elles se sont présentées et Inch'allah!».

«Enlève tes lunettes toi, on dirait La vérité si je mens !»

Mais cette ouverture d'esprit ne semble pas être le fait de tous dans leur entourage. «Un jour, à Cannes, alors qu'on se promenait avec mon petit-fils métis, une dame a osé dire Ah ben, il est tombé dans une bonne famille celui-là! Il y a des gens qui sont foncièrement racistes et qui vous le montrent. Certains m'admirent comme si c'était du courage Les gens préfèrent que cela arrive chez moi plutôt que chez eux». Un constat que partage sa cadette Séverine. «Quand on était jeunes, on ne se posait pas la question de savoir de quelle religion étaient nos copains, cela n'avait aucune importance. Aujourd'hui, j'avoue que j'ai peur pour mes fils parce qu'ils subissent déjà le racisme. La société a changé».

«Ma fille est une goy pour louboutin mariage ses amis juifs et elle est une feuj pour les non juifs. Alors qu'elle est chrétienne!», renchérit Dorothée. «On n'a pas épousé des extrémistes religieux, on n'aurait pas pu le faire. Avec Fouzi, nous avons un socle commun en terme d'éducation. Notre histoire est une richesse, pas une faiblesse» ajoute Caroline.Moi au début, j'ai fait le choix de ne rien dire à mes parents parce que cela ne se faisait pas d'épouser une blanche non musulmane» explique Djibril. «Mais au fil du temps, ils ont accepté mon choix».

De leurs différences, ils en font un atout et un moyen de plus de rire en famille. A Drjibril qui renverse maladroitement un verre de vin, Jean-Paul, taquin, lance «Ah ben, on comprend pourquoi ils ne peuvent pas boire d'alcool!». Quand ce n'est pas le beau-père, c'est Fouzi qui chambre son beau-frère Laurent: «Enlève tes lunettes toi, on dirait La vérité si je mens ». Les réunions familiales sont régies par un seul principe rappelé par Fouzi: «On parle de tout christian louboutin homme sauf de religion, comme ça, cela ne crée pas de tension et tout va bien. Ce qui parfois nous différencie, ce sont les traditions. J'aime fêter l'Aïd parce que j'ai grandi avec, c'est important pour mes parents. Et j'ai découvert d'autres traditions ici».

«Vous savez, notre histoire est ordinaire» martèle Catherine. Vraiment?


Related Articles:
louboutin chaussures pas cher
louboutins
louboutins
sneakers louboutin
christian louboutin soldes
chaussures louboutin homme

homepic
homepiclogo
foot note

Copyright 2014 Panguide,Inc. All rights reserved.

脚注栏目